Que propose Vigie-Nature École ?

Vous l'aurez compris Vigie-Nature École est la déclinaison pour le monde scolaire de Vigie-Nature. C'est donc un programme de sciences participatives qui permet aux enseignants de sensibiliser les élèves à la biodiversité tout en collaborant à un véritable programme de recherche.

À ce jour, 9 protocoles sont disponibles et permettent de réaliser des suivis pour des groupes très variés (oiseaux, escargots, plantes sauvages, insectes pollinisateurs...). Les données qui sont récoltées lors de la mise en place de ces observatoires sont ensuite envoyées aux chercheurs du Muséum national d'Histoire naturelle via le site web Vigie-Nature École [Lien externe]. Les scientifiques analysent l'ensemble de ces données pour évaluer l'état de santé de la biodiversité en France et mesurer l'impact de l'Homme sur la biodiversité ordinaire.

Les joies de l'explorationInformations[1]

Comment mettre en place Vigie-Nature École dans vos classes ?

Choix du protocole

Commencez par choisir le ou les protocoles que vous souhaitez mettre en place. Pour cela, consultez les nombreuses ressources disponibles pour vous accompagner et vous aider à choisir : vidéos de présentation des protocoles, quiz pour s'entraîner à reconnaître les espèces, ressources sur la biologie des taxons étudiés... En outre, pour chaque observatoire, un « livret du participant », téléchargeable sur notre site web, mentionne les objectifs de la recherche, et fournit les ressources nécessaires à la mise en œuvre du protocole de récolte des données (par exemple : fiches de comptage, clés de détermination prêtes à l'emploi et adaptées aux espèces étudiées).

Lorsque vous vous serez inscrit sur le site web de Vigie-Nature École, vous aurez accès à des ressources complémentaires : exemples d'activités pédagogiques, liens avec les programmes scolaires... L'objectif étant de vous aider à intégrer ce dispositif à votre progression sans que ce soit une activité à part.

Le tableau qui suit vous aidera à affiner votre choix :

Aide au choix d'un protocoleInformations[2]

Inscription sur le site

Une fois votre choix fait, inscrivez-vous sur notre site. Puis, créez une ou plusieurs classes et au moins une zone d'observation. Cette dernière est extrêmement importante car elle permet d'aider les scientifiques à analyser les données. Ils ont, par exemple, besoin de connaître le contexte dans lequel ont été réalisées les observations : était-ce en milieu urbain ou rural ? des produits phytosanitaires ont-ils été utilisés ? Toutes ces informations sont susceptibles d'expliquer la répartition des êtres vivants observés. Les questions varieront selon l'observatoire sélectionné. Une fois ces formalités accomplies, tout est prêt pour participer !

Ces étapes seront détaillées dans la dernière partie de cette formation.

Présentation aux élèves

Pour que ces données soient valables, il est impératif que les élèves respectent parfaitement le protocole élaboré par les chercheurs. C'est pour cela qu'avant même de commencer vos observations, nous vous conseillons de présenter à vos élèves le principe des sciences participatives. Ils découvriront certainement une nouvelle manière de faire de la science et devraient être motivés à l'idée de collecter des informations réellement utiles aux chercheurs. De nombreuses ressources (textes, interviews de chercheurs) sont disponibles sur notre site web.

Ensuite, il est nécessaire d'expliquer l'intérêt scientifique de l'étude de la biodiversité ordinaire, là encore de nombreuses pistes se trouvent sur le site web.

Puis, nous vous conseillons de faire réfléchir vos élèves sur l'importance du respect du protocole que nous vous fournissons. L'objectif est qu'ils comprennent que la standardisation induite par un protocole permet aux scientifiques de comparer les observations réalisées à un point A à celle d'un point B : la durée et la méthode d'observation sont les mêmes quel que soit l'endroit où l'observateur se trouve. Outre le protocole qui doit être scrupuleusement respecté, cette démarche permet aux élèves de comprendre la nécessité pour les chercheurs d'avoir de nombreuses données dans l'espace mais aussi dans le temps.

Enfin, nous vous suggérons d'entraîner les élèves à l'utilisation des outils de détermination en classe, la séance sur le terrain n'en sera que plus facile ! Vous pouvez, pour cela, utiliser des collections d'êtres vivants (coquilles d'escargots par exemple) ou bien les quiz photos disponibles sur notre site.

La participation à ce projet n'est donc pas, à notre sens, une activité complémentaire ou optionnelle : elle a un véritable impact scientifique et pédagogique. Elle nécessite donc d'être intégrée pleinement dans le planning pédagogique. L'évaluation des élèves est possible sur différents items des programmes scolaires et du socle commun de connaissances et compétences. Elle peut même simplifier l'évaluation de compétences difficiles à estimer dans les pratiques conventionnelles comme par exemple la « Coopération et réalisation de projets ».

Mise en place du protocole sur le terrain et récolte des données

Une fois les étapes précédentes réalisées, vous êtes prêt à mettre en place le protocole dans la cour de votre établissement (ou à un autre endroit de votre choix).

Une nouvelle fois, nous vous rappelons qu'il est impératif que les élèves respectent parfaitement le protocole élaboré par les chercheurs. Une fois sur le terrain, les élèves notent la date de l'observation, l'abondance de chaque espèce observée, ainsi que des informations complémentaires, spécifiques à chaque observatoire. De retour en classe, l'enseignant, ou ses élèves, se connecte sur le site web de Vigie-Nature École pour envoyer les données aux chercheurs du Muséum.

Saisie des données

Le jour même, ou lors d'une autre séance, envoyez-nous vos observations ! Il suffit de vous connecter à votre compte (vous pouvez également créer des identifiants pour vos classes) et de nous transmettre votre relevé. La saisie des données peut se faire au vidéo projecteur en classe entière, en groupe en salle informatique ou même de chez vous... à vous de choisir ! Cette étape est indispensable pour nos chercheurs !

Rassurez-vous : cinq minutes sont nécessaires à la saisie de données pour les observatoires simples (Oiseaux des jardins, Opération Escargots...) et de l'aide en ligne est disponible si vous avez des difficultés (et nous aussi, n'hésitez pas !).

Enfin, même lorsque vous n'observez aucun ou peu d'êtres vivants, c'est une donnée importante pour les scientifiques, il est donc également important de nous faire parvenir vos observations.

Activités complémentaires éventuelles

À partir de vos observations, des questions et des hypothèses concernant la répartition des êtres vivants pourront émerger (y a-t-il autant d'oiseaux en ville qu'à la campagne ? l'utilisation de pesticides a-t-elle des conséquences sur escargots...). Les outils de positionnement des données présents dans le bilan de participation envoyé à tous les inscrits du site web en fin d'année scolaire permettent de répondre à une partie de ces questions. Les graphiques proposés dans ce document permettent de positionner les observations faites dans un établissement par rapport à l'ensemble des données collectées. Ainsi, vous pourrez par exemple, savoir si observer 4 espèces d'escargots dans un établissement est signe d'une biodiversité en bonne ou en mauvaise santé. Un texte explicatif permet d'interpréter ce résultat. Ces documents pourront amener vos élèves à s'interroger sur les actions qui pourraient être mises en place pour favoriser la biodiversité de la cour (installation de mangeoires, mise en friche de parcelles...), en renouvelant les observations, vous pourrez suivre l'impact de ces actions dans le temps.

Vous pouvez également traiter vos données collectées. Vous pouvez par exemple réaliser des graphiques représentant les espèces présentes dans différentes zones de l'établissement. Ces graphiques permettent aux élèves de visualiser simplement qu'il y une différence importante entre deux milieux de la cour. Ils peuvent ensuite proposer des hypothèses pour expliquer les différences de peuplement (des facteurs abiotiques tels que l'humidité, la température par exemple).

Vous pouvez également produire des graphiques représentant l'évolution des effectifs des espèces présentes au cours des saisons. Ils permettent de suivre l'évolution du nombre d'individus au cours de l'année (pour aborder la notion de migration des oiseaux par exemple). Il est également possible de réaliser de tels graphiques sur plusieurs années en cumulant mois par mois les effectifs relevés.

Bien d'autres représentations sont imaginables. On peut par exemple demander aux élèves de placer leurs données sur une photo aérienne de l'établissement. Ils pourront ensuite proposer des explications aux possibles différences d'occupation des diverses zones de l'établissement.

Sachez enfin que de nombreuses activités pédagogiques vous sont proposées sur notre site. Certaines sont des suggestions pour introduire cette activité mais d'autres sont des compléments pour aller plus loin. A titre d'exemple, nous avons élaboré des pistes pour que vos élèves apprennent à analyser des données à la manière d'un chercheur en écologie, ou qu'ils puissent réfléchir à des actions à mener au sein des établissements pour favoriser la biodiversité.

Nous reviendrons sur ces propositions dans la dernière partie de cette formation.